« 24 hours of freedom »

Autriche Au cours du mois de novembre 2020, Martin Feistl et Sven Brand se sont rendus en Autriche, dans le Valsertal, pour inaugurer la voie « 24 hours of freedom » (300 m, cotation M6, WI4, X) sur la paroi nord du Sagwand. Celle-ci permet d’ef­fectuer une ascension directe jusqu’à la voie d’origine « Rampenführe », et partage une courte section avec l’hi­vernale de « Schiefer Riss », ouverte en 2013 par Hansjörg Auer, David Lama et Peter Ortner.

Martin Feistl et Sven Brand lors de la première de la voie « 24 hours of freedom » sur la face nord du Sagwand (Autriche).

Martin Feistl et Sven Brand lors de la première de la voie « 24 hours of freedom » sur la face nord du Sagwand (Autriche).

Quelques jours après avoir effectué la première répé­tition de « Sagzahn­ver­sch­neidung » depuis son ouverture par David Lama et Peter Mühl­berger, Martin Feistl revient dans la vallée du Valsertal. Il fait équipe avec Sven Brand et signe un départ direct jusqu’à « Rampenführe », la toute première voie sur la face nord du Sagwand inaugurée en 1925 par Josef Harold et Helmut Schar­fetter.

Martin et Sven croient d’abord suivre les deux premières longueurs de cordée de l’hi­vernale de « Schiefer Riss », inaugurée par en mars 2013 par Hansjörg Auer, David Lama et Peter Ortner après un seul bivouac. Plus tard, il se rendent compte qu’ils n’ont partagé qu’une brève section de la voie de leurs prédé­cesseurs, avant de démarrer une ascension direction vers « Rampenführe ». Cette nouvelle variation affiche 300 m de hauteur, et comprend des diffi­cultés de cotées M6, WI4, X. Une fois sur la voie « Rampenführe », Feistl et Brand pour­suivent leurs efforts et atteignent le sommet, après 11 heures d’es­calade et 950 m de dénivelé. Quelques jours plus tard, une autre cordée tente la même voie mais rebrousse chemin, laissant derrière elle des points d’ancrage et protections mobiles qui devraient faciliter la prochaine ascension. Martin Feistl nous raconte son itinéraire.

Un nom à double sens

Photo avec la ROCKET, Bild Update Martin Feistl 2019

« 24 hours of freedom » : le nom souligne l’ab­surdité des conditions d’entrée au Tyrol liées au COVID-19, tout du moins pour nous alpi­nistes ; surtout si l’on considère que notre progression a été beaucoup plus longue que prévu. Nous avons dû affronter de fortes chutes de neige, des énormes spin­drifts et un froid extrême qui nous a coûté quelques engelures légères aux mains… Sans oublier le manque de lumière sur les trois dernières longueurs de cordée. Notre départ a lieu à 4 heures du matin, et il nous a fallu près de 24 heures pour revenir à notre voiture. »

Martin Feistl | LOWA ACTIVE Team

  • Petit à petit, les deux athlètes progressent sur la paroi.

    Petit à petit, les deux athlètes progressent sur la paroi.

Cette nouvelle voie est la plus directe et la plus excep­tionnelle de la saison 2020–2021 ; nous sommes fiers d’avoir été les premiers à gravir une ligne de ce calibre sur une paroi de légende. En même temps, notre ascension prouve que les réseaux sociaux n’ont pas néces­sai­rement d’impact sur des itiné­raires aussi sérieux : nous avions beaucoup communiqué sur « Sagzahn­ver­sch­neidung », et plusieurs publi­cations lui avaient été consacrées juste avant ce week-end, mais personne d’autre n’a tenté la king line. De façon plus générale, très peu de cordées ont traversé la diagonale classique du Schram­macher.

J’étais convaincu que cette voie évidente allait devenir populaire après notre répé­tition de « Sagzahn­ver­sch­neidung » : c’est pour cette raison que nous avons tenté notre chance, malgré des conditions météo peu favo­rables. Bien sûr, dans de meilleures conditions, une autre cordée aurait été beaucoup plus rapide, mais nous avons vécu une aventure extra­or­dinaire, qui rappelle celle de David Lama, Hansjörg Auer et Peter Ortner sur « Schiefer Riss ». En fin de compte, la magie de cette expé­rience l’emporte sur les vents violents et les nombreuses diffi­cultés rencontrées en chemin.

  • La paroi nord du Sagwand. En rouge, la voie « 24 hours of freedom » (Sven Brand, Martin Feistl nov. 2020). En vert, la voie « Rampenführe » (Josef Harold / Helmut Scharfetter 1925)

    La paroi nord du Sagwand. En rouge, la voie « 24 hours of freedom » (Sven Brand, Martin Feistl nov. 2020). En vert, la voie « Rampenführe » (Josef Harold / Helmut Schar­fetter 1925)

La chaussure

« En fin de compte, la magie de cette expé­rience l’emporte sur les vents violents et les nombreuses diffi­cultés rencontrées en chemin. »

ALPINE ICE GTX: Pour parvenir jusqu’au sommet, mieux vaut pouvoir se fier à son équi­pement. Les bottes de montagne répondent à de nombreuses exigences et s’adaptent à la diversité du terrain et des conditions météo­ro­lo­giques. ALPINE ICE GTX est une botte déve­loppée par l’équipe LOWA PRO avec des alpi­nistes profes­sionnels. Cette chaussure à guêtres entiè­rement cram­ponnable est équipée d’une doublure GORE-TEX Duratherm et d’un rembourrage intégré dans sa semelle inté­rieure. Elle convient parfai­tement à une utili­sation sur la roche ou la glace.
ALPINE ICE GTX