L’in­croyable voyage

Suisse Deux femmes, 600 kilo­mètres, 18 000 mètres de dénivelé, 6 ascensions et une aventure qui a duré un mois : pendant l’été 2020, les deux alpi­nistes alle­mandes Caro North et Ines Papert ont traversé la Suisse d’est en ouest en VTT pour affronter certaines des plus belles parois du pays, sur des voies qu’elles n’avaient encore jamais pratiquées.

Sur le plan éthique, leur démarche est claire : cet itinéraire s’ef­fectuera sans assistance, du bout des doigts et à la force des mollets. Membre de l’équipe LOWA PRO, Ines Papert revient sur un incroyable voyage.

Ensemble au sommet, avec le sourire !

Ensemble au sommet, avec le sourire !

Les grimpeurs profes­sionnels sont toujours prêts à relever de nouveaux défis, qu’ils aient lieu en Antarctique, dans l’Hi­malaya, sur l’Île de Baffin ou en Patagonie – pour ne citer que quelques exemples. Mais nous devons aussi veiller à respecter notre envi­ron­nement, à protéger les mon-tagnes et la nature et à leur servir d’am­bas­sadeurs.



Cette respon­sa­bilité est-elle compatible avec l’impact climatique de nos allers-retours aux quatre coins de la planète ? La réponse me semble évidente.

En 2020, l’arrêt brutal du trafic aérien nous a donné tout le temps nécessaire pour prendre du recul et adapter nos modes de vie. Il me semble que nous devons investir tous nos efforts dans la lutte contre le réchauf­fement climatique, et envoyer un signal fort en tant qu’athlètes et en tant qu’am­bas­sadeurs.

river freeze winter

« En avril 2020, mon mari Luka Lindič et moi sommes contraints de renoncer à une expédi-tion en Alaska. Tous nos rendez-vous et nos confé­rences ont été annulés, ou repoussés pour une durée indé­terminée : du jour au lendemain, nous avons beaucoup de temps libre. »

Ines Papert | LOWA PRO Team

Après une excursion à vélo dans les montagnes locales à Berch­tesgaden, je m’installe au soleil sur ma terrasse, et j’ai une envie soudaine d’en­tre­prendre un voyage en VTT.

Mais qui pourrait bien m’ac­com­pagner ? Je pense immé­dia­tement à Caro North, une jeune alpiniste que j’ai rencontrée en Patagonie, sympa­thique et très ambi­tieuse. Caro et moi prévoyons de trans-porter notre matériel dans une remorque, et de nous appro­vi­sionner en nour­riture au fil de notre iti-néraire – sans faire appel à un véhicule d’escorte, bien entendu.

Une expé­dition 100 % suisse

Après quelques coups de téléphone, notre projet prend forme, et notre choix se porte sur la Suisse, où vit Caro, bien connue pour ses parois de légende. Au mois d’août dernier, je prends le train pour me rendre à Feldkirch (Autriche), et je rejoins la gare de Sargans juste avant un orage.

  • Caro North

    Caro North

Caro vient me chercher – je la repère de loin grâce à ses longues dreadlocks. Nous nous tombons dans les bras, et je me laisse emporter par son enthou­siasme contagieux. Notre première escalade doit avoir lieu sur le Rätikon. Pour nous rendre jusqu’au pied de la paroi, nous pédalons en côte, virage après virage, et nous avançons lentement, sans relâcher nos efforts. La chaleur écrasante nous met à rude épreuve ;

nous devons nous rappeler de ne pas aller trop vite pour préserver nos forces pour l’es­calade. Avec tout notre matériel, la remorque pèse 35 à 40 kg – la charge est consi­dérable.

Rätikon/Intifada 7a+

Notre première voie d’es­calade commence dans la matinée. Sur le Schwei­zereck, l’In­tifada est res-tée très sèche ; dès les premiers mètres, une longueur de plaque parti­cu­liè­rement exigeante nous demande beaucoup d’efforts. Après des heures passées à pédaler, difficile de se déplacer avec pré-cision sur la pointe des pieds… L’as­cension est labo­rieuse – d’autant plus que nous n’avons pas encore trouvé notre rythme en duo. La paroi étant parti­cu­liè­rement exposée au soleil, nous devons serrer les dents pour les dernières longueurs. Dans la soirée, des amis nous attendent pour un bar-becue ; c’est l’oc­casion de célébrer la première ascension de notre « expé­dition ».

  • Mètre après mètre, les deux athlètes progressent sur la paroi.

    Mètre après mètre, les deux athlètes progressent sur la paroi.

Après une longue descente, nous empruntons la Rhein­radweg en direction de la source du Rhin, près du col de l’Oberalp, et nous atteignons Disentis en passant par Chur. Au moment de débuter la voie d’es­calade suivante sur le Teufel­stalwand, qui surplombe le village d’An­dermatt, nous avons déjà parcouru de nombreux kilo­mètres et un sérieux dénivelé.

  • Virage après virage, les routes de cols semblent sans fin.

    Virage après virage, les routes de cols semblent sans fin.

Teufel­stal­schlucht/Peruvian Dust 7a+

Pour réaliser cette voie, nous allons devoir nous assurer dans le granit. Caro est dans son élément, et déploie tous ses talents en escalade de fissure. Pendant la suite du voyage, petite contrariété : notre réchaud est à court de gaz, et nous ne parvenons pas à trouver un seul magasin ouvert pen-dant ce long week-end. Heureu­sement, Facebook nous permet de contacter un autre grimpeur qui nous donne rendez-vous au col du Susten pour nous remettre deux cartouches.

Ce léger incident nous donne une nouvelle occasion d’ap­précier notre communauté et son sens de l’en­traide.

  • Heureusement pour Ines et Caro, les amis qu’elles croisent en route sont toujours prêts à leur appor-ter de l’aide et à les héberger pour la nuit.

    Heureu­sement pour Ines et Caro, les amis qu’elles croisent en route sont toujours prêts à leur appor-ter de l’aide et à les héberger pour la nuit.

Heureu­sement que le problème est résolu, car nous consommons trois fois plus de provisions que prévu. Pour fournir de tels efforts en continu, notre corps a besoin de carburant, et nous devons pré-voir notre itinéraire de façon à nous appro­vi­sionner régu­liè­rement.

Il va falloir optimiser nos dépla­cements. Pour éviter les détours inutiles, le contenu de nos sacs à dos est réduit au strict minimum : comme en style alpin, légèreté est synonyme de rapidité.

Même sous la pluie, la montée jusqu’au col de Susten est impres­sionnante, et nous avançons les yeux grand ouverts. Une fois arrivées au col (2224 m), nous échangeons rapi­dement nos maillots humides contre un manteau plus adapté. La descente est très agréable… jusqu’au moment où la pluie se remet à tomber et où mon frein arrière refuse de fonc­tionner. Je sens la panique monter : il va falloir le faire réparer dès que possible.

Sur l’aire de camping de Gaumen, nous nous accordons notre première pause depuis 10 jours. L’objectif est d’être bien reposées pour escalader les Wendenstöcke dès que les conditions seront moins humides.

Nous reprenons nos vélos pour une dernière montée jusqu’à la Wendenalp, avant de continuer l’as­cension à pieds. C’est une chaude journée d’été, et les parois sont exposées plein sud. Pas un souffle de vent – dès la phase d’ap­proche, la chaleur écrasante nous incite à revoir nos attentes à la baisse.

Wendenstöcke/Excalibur 6b

Devant nous, le pilier de l’Ex­calibur se dresse dans toute sa splendeur. Mais pendant une traversée jusqu’au pied de la voie, l’at­mo­sphère change en une fraction de seconde : sans aucun signe avant-coureur, nous sommes prises dans un énorme éboulis. Les blocs de pierre s’écrasent autour de nous, et nous avons à peine le temps de saisir nos sacs à dos avant de nous mettre à l’abri. Une forte odeur de soufre flotte dans l’air. Heureu­sement, il y a eu plus de peur que de mal, mais cet épi-sode est une vraie douche froide.

river freeze winter

« Pour Caro et moi, la voie Excalibur offre le niveau de difficulté idéal après une grosse frayeur ; elle nous donne même du fil à retordre : l’as­surage est ambitieux, et les prises souvent instables. »

Ines Papert | LOWA PRO Team

Une fois à Innert­kirchen, nous faisons enfin réparer mon frein et parcourons encore 500 m de déni-velé pour ne pas devoir nous attarder sur une route très fréquentée. Prochain objectif : le pilier de Genève, sur la légendaire face nord de l’Eiger.

Face nord de l’Eiger / Deep Blue Sea (7b+)

  • Rock N Road

Au pied de l’Eiger, nous trouvons un empla­cement avec vue pour notre petite tente. Il me tarde d’être au lendemain ! Malheu­reu­sement, au cours de la nuit, le vent se lève et les tempé­ratures chu-tent : nous préférons donc partir un peu plus tard que prévu. Au pied de la voie, nous commençons par réchauffer nos orteils frigo­rifiés, et Caro se lance dans la première longueur de corde. Nos ex-trémités souffrent du froid, et ralen­tissent notre progression. Malheu­reu­sement, dans ce type de si-tuation, le corps ne parvient pas toujours à suivre…

Caro doit s’y reprendre à plusieurs fois pour passer du dernier piton au relais.

  • La voie sur la face nord de l’Eiger est un défi de tous les instants.

    La voie sur la face nord de l’Eiger est un défi de tous les instants.

Entretemps, mes doigts ont perdu toute leur sensi­bilité, et les premières longueurs sont une lutte de chaque instant. Au milieu de la paroi, nous consultons nos montres : nous n’aurons pas le temps d’arriver au sommet. Heureu­sement, il existe une sortie de secours sur la droite ; notre matériel reste sur place, et nous revenons le lendemain pour terminer notre escalade.

  • Rock N Road
  • Au royaume des bouquetins, les sportives ne font que passer.

    Au royaume des bouquetins, les sportives ne font que passer.

Face sud des Gastlosen

Nous passons encore quelques jours à pédaler avant d’at­teindre l’étape suivante. En chemin, nous nous arrêtons pour escalader la face sud des Gastlosen. Depuis Interlaken, nous préférons voyager jusque tard dans la nuit : les routes sont beaucoup plus calmes, et nous sommes légè­rement en retard sur notre itinéraire depuis notre pause forcée. La météo joue un rôle crucial dans tous nos projets d’es­calade, mais la pluie ne nous empêche pas de pédaler.

Dans la vallée du Rhône, le vent nous pousse en direction de Martigny, jusqu’à une montée qui commence sur la route du Col du Grand-St-Bernard. Après un arrêt pour rendre visite à des amis qui nous prêtent le matériel nécessaire pour une voie alpine dans des conditions hivernales, nous pas-sons le reste de la journée sur la route, à vélo puis à pieds, jusqu’à la Cabane du Trient, un refuge perché à plus de 3000 m du côté suisse du massif du Mont Blanc. Dans la douce lumière du soir, les flèches grani­tiques des Aiguilles Dorées se dressent au-dessus du Val Ferret, comme pour nous souhaiter la bienvenue. Après les récentes chutes de neige, nous espérons que le terrain est prati-cable.

  • Rock N Road

Aig. Dorées Traverse east-west

  • Des paysages enneigés à couper le souffle, avant d’accéder à la paroi.

    Des paysages enneigés à couper le souffle, avant d’accéder à la paroi.

Ce dernier jour dépasse nos attentes les plus folles. La lumière, la visi­bilité, l’es­calade, les conditions météo… tout est abso­lument parfait, même si nos jambes commencent à fatiguer. La traversée d’est en ouest est longue mais comprend plusieurs beaux passages d’es­calade. Nous esca­ladons la crête de l’Ai­guille de la Varappe (3513 m d’al­titude), et l’aventure se termine par une longue embrassade – tous nos petits désaccords instan­ta­nément oubliés.

  • Ensemble au sommet, avec le sourire !

    Ensemble au sommet, avec le sourire !

river freeze winter

« Je n’aurais pas pu rêver d’un plus beau moment pour achever notre voyage à travers la Suisse. »

Ines Papert | LOWA PRO Team

Les chaussures

« Pendant la traversée des Aiguilles Dorées, j’ai opté pour les chaussures Alpine SL GTX, ultra-confor­tables et très légères, pour pouvoir utiliser les crampons sur certains passages. Elles assurent également la stabilité nécessaire pour une escalade sans crampons. »

ALPINE SL GTX: Pour la marche en montagne, la légèreté d’une chaussure est aussi importante que ses perfor­mances. Mieux vaut donc opter pour un modèle associant ces deux qualités. Pour concevoir le modèle ALPINE SL GTX, LOWA a reçu l’as­sistance de véri­tables profes­sionnels de l’al­pinisme : les athlètes de l’équipe LOWA PRO. La marque a choisi la tech­nologie Vibram® LITEBASE pour minimiser le poids de la semelle, tout en conservant d’ex­cel­lentes perfor­mances en montagne. La chaussure comprend également plusieurs fonc­tion­nalités très appréciées des profes­sionnels, comme un laçage à deux zones et une doublure imper­méable GORE-TEX.
ALPINE SL GTX

« Pour moi, le CADIN GTX LO était le modèle d’ap­proche idéal, qui offrait à la fois la sécurité nécessaire sur les terrains d’es­calade abor­dables et un confort optimal. »

CADIN GTX LO: La chaussure d’ap­proche CADIN GTX LO est prête à relever tous les défis ! Elle se distingue par son design à la fois élégant et décon­tracté avec une protection anti-éboulis et des gaufrages intégrés. Mais ses qualités ne sont pas uniquement esthé­tiques : cette chaussure alpine sportive comprend également des fonc­tion­nalités sophis­tiquées, comme une tige de qualité équipée d’une membrane GORE-TEX, ou une semelle Vibram® Rock Trac® pour un confort optimal sur des terrains variés.
CADIN GTX LO